Sport et Citoyenneté

La réunion informelle des ministres du Sport de l’UE, tenue à Madrid et conclue mercredi 21 avril 2010, a abouti à un « accord unanime » sur la création du groupe de « dialogue structuré » entre tous les organismes sportifs, a déclaré le secrétaire d’État espagnol aux Sports, Jaime Lissavetzky, au cours de la conférence de presse organisée après la réunion.

« Un accord unanime a été établi entre la Commission et les pays à l’origine de la proposition, en l’occurrence l’Espagne, ainsi qu’une réceptivité unanime au sujet de la nécessité de créer le groupe de « dialogue structuré » qui sera constitué d’une part de représentants des pouvoirs politiques, du Conseil, de la Commission, du Trio, des États membres et du Parlement européen ; et d’autre part, par le mouvement sportif, qui devra nommer ses représentants au sein du groupe », a indiqué M. Lissavetzky.

« Le dialogue structuré n’est pas une fin en soi, mais plutôt le chemin à suivre. C’est uniquement à travers le dialogue que nous pourrons avancer ensemble et ce que nous voulons pour l’avenir, c’est voir de quelle façon nous pouvons concilier les intérêts de tous : fédérations internationales, ligues professionnelles, sportifs, gouvernements, Commission, etc. », a ajouté le secrétaire d’État.

A l’occasion de l’Année européenne de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale en 2010, l’UE a également approuvé, sur une proposition de la Présidence espagnole, la création d’un nouveau groupe de travail sur le sport et l’intégration sociale.

Propositions des Etats membres

Le directeur général de la DG Éducation et culture de la Commission européenne, Jan Truszczy?ski, a rappelé que « nous disposons désormais d’une nouvelle situation juridique. Pour la première fois depuis que l’UE existe, le sport dispose d’une base juridique dans le Traité de Lisbonne et nous devons appliquer ces dispositions qui figurent désormais dans le Traité ».

Le directeur général a expliqué que « nous avons déjà une idée de la méthode permettant d’atteindre cet objectif, et nous souhaitons proposer un cadre politique à niveau européen ; ainsi qu’un outil spécifique, un programme, pour appliquer ce type de politiques ».

« Il existe déjà un climat compatible entre l’opinion de la Commission et celle des États membres sur ce qui doit être fait dans le domaine du sport », a déclaré M. Truszczynski. Concernant le programme mentionné, certaines propositions des États membres seront incluses, comme par exemple, les propositions suivantes, qui ont été accordées durant la réunion interministérielle des sports :

– Le travail dans le cadre du rôle éducatif et social du sport.
– La création de structures de sport au fonctionnement adéquate, surtout dans le cadre du volontariat et de son action dans le contexte du sport.
– L’inclusion du financement des activités sportives.
– L’intégrité physique et morale du sport, et la lutte contre le dopage.
– L’importance de la protection des mineurs dans le domaine du sport.
– L’importance de l’ouverture et du fair-play dans le sport.
– L’approfondissement du dialogue entre les organisations sportives et les institutions de l’UE.

Plus d’informations

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print