Sport et Citoyenneté

Dire tout haut, ce que beaucoup pensent tout bas. Yannick Noah a eu le courage de lever le voile sur un problème éthique récurrent dans le monde du sport : le dopage. Il revient sur l’étonnante et fulgurante ascension de l’Espagne sur la scène internationale dans toutes les disciplines sportives et rélève avec beaucoup d’ironie l’éventuelle potion magique que détiendrait les espagnols. Le vainqueur de Rolland Garros propose donc une solution que certains qualifieront d’amorale, à savoir permettre un libre accès pour tous à cette potion miracle. Le but de cette opération : mettre tout le monde sur un pied d’égalité. Mais ne prend t-il pas le problème à l’envers? Ne vaudrait-il pas mieux, dans un souci d’équité, intensifier et améliorer la lutte contre le dopage au lieu de légaliser la prise de substance illicite? Le débat est lancé, fin de l’hypocrisie ! (plus d’informations sur Lemonde.fr)

Christophe Brissonneau, membre du think tank Sport et Citoyenneté, sociologue du sport au CERSES (Centre de recherche sens éthique société UMR 8137 CNRS, université Paris-Descartes) et spécialiste des questions de dopage, réagit sur la polémique autour de la prise de position du tennisman français et apporte son analyse scientifique sur le cas espagnol. Il revient également sur les débuts du dopage ou encore la suspecte protection judiciaire des sportifs espagnols dopés. Mais surtout il dénonce la corrélation entre l’utilisation de produits dopants pour supporter toujours plus de charges de travail physique. Alors jusqu’où allons nous pousser nos sportifs? Pour atteindre la performance tant attendue, produire toujours plus d’exploits spectaculaires et être à la hauteur de la pression médiatique, ils ont trouvé refuge dans le dopage. Christophe Brissonneau apporte des propositions pour lutter contre ces dérives : contrôler les durées des entraînements afin de ne pas pousser les sportifs à recourir à l’utilisation de produits dopants et s’attaquer à la question du dopage sous l’angle de l’atteinte à la santé de la personne et non pas comme outils d’amélioration de la performance. (Plus d’information sur Lemonde.fr)

Le dopage est une question brûlante. Quelles solutions pouvons-nous proposer afin de proposer un spectacle sportif équitable? Comment l’AMA (Agence mondiale Antidopage) peut-elle réguler ces fraudes au rythme des avancées médicales? Un tel contrôle des horaires et lieux d’entrainement, comme l’a suggéré notre ami sociologue, est-il envisageable? D’autres formes de tricheries ne verront-elles pas le jour? Sport et Citoyenneté poursuit le débat sur son blog !

 

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print