Sport et Citoyenneté

Yannick Noah a provoqué un tremblement de terre sur la planète sportive, suite à sa proposition de légalisation du dopage. Christophe Brissonneau, membre du think tank Sport et Citoyenneté, livre son expertise en matière de dopage dans une interview consacrée à l’Atantico.

Il nous apporte son point de vue sur la structuration du dopage en Espagne et la différence de lutte contre l’utilisation de substances dopantes en fonction des pays (à l’est, en France ou en Allemagne ou encore dans les pays plus libéraux).
Il remet également en question le modèle sportif qui selon lui « est là pour produire des champions ». Par essence, il entraine des dérives sanitaires puisqu’il tire trop sur le corps des athlétes et les incite à battre de nouveaux records : « Citius, Altius, Fortius” (plus haut, plus loin, plus fort) ? », sans se soucier de leur santé.
Christophe Brissonneau met en avant l’importance de reconsidérer le dopage comme un facteur d’atteinte à la santé des sportifs, notamment par rapport à la notion de quantité administrée. Outre-Atlantique, certains sports sont, je cite, « réticents à appliquer les règles de l’Agence mondiale anti-dopage. On sait que pour le football américain, la politique est plutôt “drugs free”. Certains médecins évoquent principalement la notion de quantité. Le dopage, est-ce prendre un stéroïde anabolisant ou dix par jour ? Si vous prenez un produit, vous serez considéré comme dopé, sans que cela abime forcément votre santé. C’est la quantité qui produirait des morts ! » Certains médecins préconisent donc d’encadrer médicalement la prise de produitsLire la suite

 

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print