Sport et Citoyenneté

“Porter haut la voix de la démocratie et du Parlement”, telle est la volonté de Martin Schulz.

Le 17 janvier dernier, les députés ont élu le social-démocrate allemand Martin Schulz Président du Parlement européen avec 387 voix sur 670 suffrages exprimés. Le député européen allemand âgé de 56 ans dirigera le Parlement européen pendant deux ans et demi, jusqu’au début de la prochaine législature, en juillet 2014. Il est le quatrième Allemand à prendre la présidence du Parlement depuis l’instauration en 1979 de l’élection au suffrage universel des députés et remplace le Président sortant, M. Jerzy Buzek (Parti Populaire Européen, Pologne).

Selon les règles de procédure du Parlement, pour être élu Président, un candidat doit obtenir la majorité absolue des suffrages valablement exprimés, soit 50 % plus une voix. Les bulletins blancs ou nuls ne comptent pas dans le calcul de la majorité requise.

Dans une brève allocution au Parlement européen à Strasbourg immédiatement après le vote, M. Schulz a déclaré: “Nous devons être conscients que les Européens sont moins intéressés par les débats institutionnels que par l’avenir de leurs enfants, leurs emplois, leur retraite, la justice sociale”(…). Cette Assemblée est bien le lieu où sont représentés les intérêts des gens, où siègent les délégués du peuple européen”. Le Président Schulz a averti que “nos intérêts ne peuvent plus être dissociés de ceux de nos voisins, sur l’idée que l’Union européenne n’est pas un jeu à somme nulle dans lequel l’un doit perdre pour que l’autre gagne. C’est exactement l’inverse: soit nous perdons tous, soit nous gagnons tous. Pour y parvenir, la règle fondamentale est la méthode communautaire. Ce n’est pas un terme technique, mais l’âme même de l’Union européenne!”. Il ajoute “Quiconque viole les valeurs de notre Charte des droits fondamentaux doit s’attendre à voir le Parlement européen se dresser contre lui. C’est le devoir de tous les députés de notre Assemblée”.

Martin Schulz : le portrait

Sa carrière européenne débute en 1994, avec son élection en tant que député au Parlement européen. Dès lors, il ne cesse d’être réélu, et gagne en importance au sein de l’institution. Il sera notamment coordinateur du groupe S&D à la sous-commission des Droits de l’homme de 1994 à 1996, ainsi que de la commission des Libertés civiles et des Affaires intérieures.

De 2000 à 2004, il occupe le poste de représentant allemand au sein du Groupe des Socialistes et Démocrates du Parlement, avant d’en devenir le président en 2004. Il sera reconduit à ce poste lors des élections de 2009.

A la tête du Parlement européen, Martin Schulz désire faire entendre la voix de l’institution “complètement marginalisée” pendant la crise de l’euro selon lui. Pour “redresser la balance”, M. Schulz tient à ce que “tout ce qui se décide en Europe soit légitimé par une décision parlementaire”.

Cet homme au caractère bien trempé s’est aussi fait remarquer grâce à ses échanges virulents avec ses pairs au Parlement, et avec certains chefs de gouvernements. Son franc-parler mais aussi sa capacité à faire des compromis lui seront utiles pour relever les grands défis nécessaires à la préservation de l’Europe face à la crise.

Plus d’informations

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print