Sport et Citoyenneté

” Emprunté au secteur des entreprises, le concept de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) est en train de se transposer au monde du sport. La RSE porte en elle l’idée que l’entreprise n’est plus seulement garante de la maximisation du profit de ses actionnaires, comme le soutenait le célèbre prix Nobel d’économie Milton Friedman dans les années 1970, mais qu’elle doit être source de bénéfices pour l’ensemble de la société. Ancrée dans la mouvance générale du développement durable (terme souvent privilégié en Europe), la RSE devient un enjeu majeur pour les dirigeants d’organisations sportives.

En effet, bien que les principes fondamentaux du développement durable soient inscrits dans le code génétique du sport, les organisations sportives ont, paradoxalement, des difficultés à intégrer cette nouvelle approche dans leurs projets, leurs process de management et leurs pratiques d´évaluation de leurs performances. Le sport est pourtant devenu un secteur d’activité essentiel à la vie de nos territoires répondant à des problématiques de société telles que l’éducation, l’intégration, la santé, le développement économique et l’emploi local…

« L’essor des pratiques de RSE au sein des organisations sportives »
Récemment, une série d’initiatives se sont multipliées en faveur de l’intégration de la RSE aux logiques de fonctionnement des organisations sportives. Ces mesures sont portées, aujourd’hui, au plus haut niveau de l’Etat par le ministère des Sports qui, depuis 2011, a entrepris de décliner la norme ISO 26000 à l’ensemble du mouvement sportif. Cette norme, garante de l’intégration des principes du développement durable dans le pilotage des organisations, indique que la responsabilité sociétale se traduit par la volonté des organisations d’assumer leurs responsabilités des impacts de leurs décisions et de leurs activités sur la société et l’environnement et d’en rendre compte (Agence française de normalisation). La transposition de l’ISO 26000 au secteur du sport doit permettre à une multitude d’organisations sportives (fédérations, clubs sportifs professionnels, grands évènements sportifs) de manager leurs politiques de responsabilité sociale. En matière d’initiatives sociales, notons que les grandes institutions mondiales et européennes se dotent de programmes de RSE spécifiques au traitement de problèmes sociétaux mondiaux. A titre d’exemple, la FIFA a ratifié un document intitulé « Football for Hope » lui recommandant de dédier à minima 0,7% de ses …”

Aurélien François

Lire la suite de l’article sur le site de Sport et Citoyenneté

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print