Sport et Citoyenneté

Le nombre d’athlètes féminines présentes aux JO ne cesse d’augmenter et plusieurs pays, comme la France, le Qatar, la Russie en profitent pour leur donner l’ultime honneur de représenter leur pays pour l’évènement sportif le plus médiatisé et le plus prestigieux.

Bahiya al-Hamad, première femme porte-drapeau du Qatar

A la surprise générale, le Comité olympique du Qatar (COQ) a désigné hier Bahiya al-Hamad, championne de tir, comme porte(drapeau de son pays lors de la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques à Londres.La tireuse avait déjà reçu cet honneur lors des Jeux Olympiques de la jeunesse à Singapour, à l’été 2010.

“Je suis comblée de porter le drapeau de mon pays, le Qatar, au cours de la cérémonie d’ouverture. C’est un moment historique pour tout sportif”, a déclaré Bahiya, retenue pour l’épreuve olympique au pistolet à 10 mètres.

Outre Bahiya, le Qatar a sélectionné trois autres athlètes femmes pour les JO de Londres : la nageuse Nada Mohammed Wafa Arakji, la sprinteuse Noor Al-Malki, et la joueuse de tennis de table Aya Majdi. la jeune porte-drapeau, 19 ans à peine, a déjà brillé en remportant une médaille d’argent aux championnats arabes de tir en mars dernier et trois titres lors des Jeux arabes en décembre 2011. La première participation féminine du Qatar à des Jeux Olympiques a été encouragée par le Comité olympique international (CIO), dont les dirigeants ont discuté longuement avec l’Arabie saoudite, le Qatar et Brunei pour que ces trois pays envoient pour la première fois des femmes aux Jeux de Londres.

Maria Sharapova, première femme porte-drapeau de la Russie

Maria Sharapova, vainqueur du tournoi de Roland Garros 2012, sera la porte-drapeau de l’équipe de Russie à la cérémonie d’ouverture des JO de Londres. Le chef du Comité olympique russe (ROC) Alexander Zhukov a désigné Maria Sharapova, 25 ans, qui sera la première femme porte-drapeau de la Russie aux JO. « Ma joie était sans limites. J’ai montré mon SMS à tout le monde. C’est le président de la Fédération russe de tennis qui me l’a envoyé. Je n’arrivais pas à réaliser et à croire que ce n’était pas un rêve. Je demandais à tous mes proches si j’avais bien compris. Évidemment, j’étais d’accord. Il n’y a de place pour le doute face à une telle proposition ».

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print