Sport et Citoyenneté


Le 19 septembre s’est tenue à Chypre une réunion du groupe d’experts « Gender Equality » co-organisée par le réseau européen European Women and Sport (EWS), le Groupe de Travail international sur les Femmes et le Sport (IWS) et l’Organisation Européenne Non-Gouvernementale des Sports (ENGSO), avec le soutien de la Commission européenne, du Conseil de l’Europe et de Cyprus Sport Organisation. Elle avait pour but d’entamer les discussions au sujet de cette feuille de route.

 

Cette réunion s’est tenue en marge du Forum européen du sport, qui rassemblait toutes les parties prenantes de la politique européenne du sport. Organisée par trois organisations impliquées dans le développement du sport féminin, elle a également rassemblé des membres du groupe de travail international sur les femmes et le sport, de l’Accord partiel élargi sur le sport et de l’Organisation européenne non-gouvernementale des sports. Les discussions ont porté sur la nécessité de développer une feuille de route pour l’égalité des genres dans le sport. Elles se sont d’ailleurs prolongées pendant le débat organisé lors du Forum autour du développement des principes de bonne gouvernance dans le sport.

Quelques progrès mais la route reste longue

Peu avant le début des Jeux olympiques de Londres, les Commissaires Viviane Reding et Androulla Vassiliou, en charge respectivement des droits fondamentaux et du sport, ont adressé dans une lettre leur soutien aux Comités Internationaux Olympiques et Paralympiques en se félicitant de ce que ces Jeux soient les premiers à voir les femmes concourir dans toutes les épreuves. Cependant, elles ont aussi appelé à poursuivre le travail pour parvenir à une meilleure représentation des femmes dans le sport et les instances sportives et continuer à combattre les discriminations et le harcèlement envers les femmes.

Une valeur fondamentale pour l’UE

L’égalité des genres fait partie des cinq valeurs sur lesquelles est fondée l’UE, comme cela a été énoncé dans la Stratégie pour l’égalité entre hommes et femmes 2010-2015. La Commissaire Vassiliou a donc rappelé aux ministres des sports réunis à Chypre la nécessité de donner suite à la lettre adressée aux deux comités, en demandant au CIO et à l’IPC de fixer des objectifs intelligents et réalistes aux gouvernements et organisations non-gouvernementales. La feuille de route ainsi constituée devrait avoir pour but qu’au moins 30% des membres des instances nationales et internationales gouvernant le sport soient des femmes à l’horizon 2020. Le meeting de Chypre constituait donc la première étape dans la rédaction de ce document ; Sport et Citoyenneté encourage vivement les différents acteurs impliqués à poursuivre ce travail afin de parvenir à une réelle égalité des genres dans le sport.

Notre think tank a d’ailleurs fait plusieurs propositions en ce sens à destination de l’UE et de ses Etats membres :

  • Envisager une approche coordonnée pour développer de manière appropriée la couverture médiatique du sport féminin, en s’appuyant notamment sur la directive Télévision sans Frontières ;
  • Favoriser la pratique du sport à haut niveau pour les femmes par le biais de l’amélioration du statut des sportives ;
  • Favoriser la prise de responsabilité des femmes au sein du mouvement sportif;
  • Multiplier les leviers d’exposition pour déconstruire les préjugés s’opposant à la pratique du sport par tous, en particulier par l’initiation d’une campagne de promotion du sport féminin et par l’inscription du sport scolaire dans tous les cursus.

Retrouvez la position de Sport et Citoyenneté sur la place des femmes dans le sport en Europe en français et en anglais.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print