Le sport, un soft power à géométrie variable

Posted by sportetcitoyennete on 12/11/12

Sport et politique sont étroitement liés. A tel point que la diplomatie s’effectue aujourd’hui aussi dans et par le sport. Quel rôle celui-ci peut-il ou ne doit-il pas jouer à l’échelle internationale ? De quelle manière peut-il contribuer à véhiculer des valeurs universelles? Autant de questions soulevées lors du Colloque « Olympisme et diplomatie » qui s’est déroulé à Louvain-la-Neuve en Belgique, lundi 5 novembre, en présence notamment de Jacques Rogge, président du Comité international olympique (CIO).

D’après Jacques Rogge, «le sport est un grand mouvement social». Il y aurait plus de 500 000 clubs sportifs rien qu’en Europe et pas moins de 500 millions d’athlètes de compétition dans le monde. Les Jeux olympiques sont l’illustration parfaite de cet engouement. Cette année, plus de 4 milliards de téléspectateurs assistaient à l’ouverture de l’évènement planétaire le plus médiatisé.
La Charte olympique est porteuse d’une philosophie de vie : dépassement de soi, valeurs éducatives, responsabilité sociale. En véhiculant plus largement des valeurs sociétales, le sport bénéficie du soutien des pouvoirs publics et des gouvernements. Mais il arrive que cette synergie entre sport et politique soit menacée: «Le sport doit travailler de pair avec la politique aussi longtemps que la politique respecte le sport» concluait Jacques Rogge. L’histoire des Jeux olympiques ne doit pas faire oublier que le sport lui-même peut être utilisé à d’autres fins. L’épreuve a été à plusieurs reprises le reflet de tensions et de crises internationales. Nombreuses sont les nations qui ont boycotté celle-ci pour manifester leur mécontentement politique. En 1980 par exemple, elles seront près de 60 à ne pas se rendre à Moscou pour protester contre l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS. En pleine période de guerre froide, l’URSS répliquera 4 ans plus tard en boycottant les Jeux de Los Angeles.

L’organisation d’une compétition mondiale : une vitrine sur le monde
L’organisation d’une compétition internationale, quelle qu’elle soit, peut également avoir une portée positive. «Qui aurait pu imaginer il y a quelques décennies, l’organisation conjointe d’une Coupe du monde de football par le Japon et la Corée du Sud ou de l’Euro par la Pologne et l’Ukraine» souligne Tanguy de Wilde d’Estmael, professeur de géopolitique à l’Université catholique de Louvain (UCL).
Si le sport est un espace politique, à Londres ce sont bien les Nations du Nord qui ont trusté la plupart des podiums et glané la grande majorité des médailles.
La géopolitique du sport ne s’explique heureusement pas uniquement par la simple performance des sportifs. L’organisation d’une grande compétition internationale participe au rayonnement d’un pays ou d’une région et lui permet d’exercer son soft power. Elle offre ainsi une véritable vitrine à l’échelle mondiale d’un savoir faire: capacité d’organisation ou qualité des infrastructures. A cet égard, la Chine a fait étalage de sa « puissance » en 2008. Le politologue rappelait  également que «les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), ont ou vont tous organiser un évènement planétaire, hormis l’Inde». Confirmant ainsi la montée en puissance des nations émergentes sur l’échiquier politique mondial. «Les Jeux doivent épouser la vie du monde» souhaitait Pierre De Coubertin. Ils sont l’expression de l’époque à laquelle ils se déroulent.

Le sport, un langage universel
A l’échelle d’une Institution comme les Nations-Unies, le sport peut enfin se mettre au service du développement et de la paix. Poul Hansen, chef de cabinet du conseiller spécial du Secrétariat général des Nations Unies pour le sport, a rappelé comment il pouvait, grâce à sa force d’influence, contribuer à la promotion des objectifs du Millénaire pour le développement : assurer l’éducation, promouvoir l’égalité des genres, améliorer la santé, etc. Langage universel, il est un outil puissant de promotion. Surtout lorsqu’il est porté par des grands champions qui ont  valeur d’exemple.

Benjamin Dusaussoy

Leave a Reply »»

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture.
Anti-Spam Image

Advertisement