Sport et Citoyenneté

Note commune Sport et Citoyenneté et Kurt Salmon : « La pratique sportive, remède contre nos maux et antidote contre la crise », parue en Septembre 2013.

 

Le progrès technique et les nouvelles technologies ont entrainé une sédentarisation de notre société. L’inactivité physique est ainsi responsable aujourd’hui de 10% des décès dans le monde. Si cette inactivité persiste, la génération de nos enfants vivra 5 ans de moins que la nôtre. Pour la première fois de l’histoire, la courbe de l’espérance de vie pourrait s’inverser, selon les chiffres dévoilés lors de la campagne « Designed to Move », un mouvement international dont Sport et Citoyenneté fait partie.

 

Pourtant, les bienfaits du sport sur la santé sont connus de tous. Pratiquer une activité physique régulièrement permet de prévenir et lutter contre certaines maladies. Cela permet aussi de faire des économies (réduction des dépenses de santé).

 

Le sport au service de la santé

Aujourd’hui, les trois maladies les plus répandues en Europe sont l’obésité, le cancer et les maladies cardio-vasculaires.

L’obésité, le mal du 21ème siècle, touche 34% des adultes dans le monde. Cette proportion ne devrait faire qu’augmenter puisqu’on estime que 50% des adultes en seront atteints en 2050 (étude réalisée par ObEpi-Roche 2012 « enquête nationale sur l’obésité et le surpoids en France »). L’obésité est également responsable de nombreuses maladies parallèles (telles que le diabète, l’hypertension, etc.).

 

Le cancer est quant à lui la première cause de mortalité en France. Les effets bénéfiques de l’activité physique sur cette maladie, pourtant nombreux, sont souvent peu connus. En effet, 30% des cancers du sein ou du côlon pourraient être évités grâce à un mode de vie plus sain alliant pratique d’une activité physique et alimentation équilibrée.

 

Enfin, concernant les maladies cardio-vasculaires, de nombreux travaux ont démontré que l‘activité physique permettait de réduire le taux de mortalité lié à ces maladies. Faire du sport facilite également le sevrage tabagique et a un rôle dans la prévention du diabète de type 2.

 

Au-delà de ces bienfaits sur le plan physique, pratiquer une activité sportive de manière régulière stimule la production d’endorphine, une hormone qui a un effet positif sur l’humeur.

Cela améliore le bien-être psychologique, la gestion du stress et l’activité mentale (prise de décision, mémorisation..). Cela réduit également l’anxiété et favorise le sommeil. Faire du sport ne permet pas la guérison d’une dépression mais il a été prouvé qu’il suffirait de 30 minutes d’activité physique soutenue par semaine pour que les risques de rechutes de dépression diminuent de 50 %.

 

Le sport : une économie pour la santé

Si bouger et faire du sport est bon pour la santé, c’est aussi bon pour les comptes publics. En période de crise, dans un contexte où les dépenses de santé sont en constante augmentation (3 046 euros par an et par personne en France sur l’année 2010, soit 11,6% du PIB), l’enjeu économique est de taille. La prise de conscience et la responsabilisation de chacun sont nécessaires.

On l’a vu, l’inactivité physique entraîne des dépenses de santé supplémentaires. Ainsi, on estime qu’une économie de 500 millions d’euros pourrait être réalisée chaque année, si seulement 5% des Français non-pratiquants se mettaient à faire du sport.

La dépendance des personnes âgées pourrait être quant à elle retardée de 6 à 7 ans, ce qui représenterait 1 milliard d’euros d’économie (sachant que le nombre de personnes âgées en état de dépendance devrait doubler d’ici 2040).

 

La pratique d’une activité physique régulière est donc un véritable enjeu sanitaire mondial. Ses bénéfices sont à la fois individuels (la santé de chacun), et collectifs (réduction des déficits publics). C’est pourquoi l’Union européenne fait de la promotion du sport et de l’activité physique l’un des axes majeurs de sa politique. Lundi 7 octobre s’ouvre la seconde édition de la MOVE Week, un événement qui incite les Européens à bouger et faire du sport. Pendant une semaine, de nombreux événements sont proposés à travers l’Europe. N’hésitez plus : bougez !

 

Etude complète disponible ici

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print