Sport et Citoyenneté

L’activité physique en oncologie est devenue incontournable. Il s’agit d’un soin de support qui modifie fatigue et qualité de vie, mais c’est aussi un traitement qui modifie la survie et le risque de comorbidités. Elle s’intègre dans les modifications comportementalistes post-thérapeutiques incluant, outre l’activité physique, les problèmes d’alimentation. L’activité physique est susceptible de modifier un certain nombre de comorbidités particulièrement délétères, y compris des complications comme les lymphoedèmes qui ne sont plus une contre indication à l’activité physique et sportive. Sa mise en place passe par une définition des objectifs individuels et collectifs, une évaluation des réalisations présentes et des organisations idéales à mettre en place dans le futur. Mais elle nécessite aussi une évaluation des pratiques et croyances actuelles, tant vue du côté des patients que vue du côté des professionnels de la santé. L’objectif secondaire sera d’aboutir à une prise en charge socio-économique de cet apport thérapeutique majeur avec ses déclinaisons en milieu hospitalier et en médecine de ville. Comme chaque année, OnKo+ vous présente un panaroma de ces questions théoriques, pratiques et économiques.

Dr Thierry Bouillet
Oncologue au CHU Avicenne (Bobigny),
Président national de la fédération
CAMI Sport et Cancer

[embeddoc url=”http://sportetcitoyennete.blogactiv.eu/files/2015/12/Dossier-CAMI-2015-12.pdf” download=”all”]

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Leave a Reply