Sport et Citoyenneté

Chaque jour, de millions de personnes fuient leurs maisons, leurs proches et leur histoire pour se sauver de la barbarie humaine. Pour leur rendre hommage, l’Assemblée Générale des Nations-Unies a fixé au 20 juin la « Journée Mondiale des Réfugiés ». Depuis quelques années, le 20 juin a une résonance particulière alors que l’Union européenne est confrontée à la plus importante crise migratoire de son histoire.

 

Le vieux contient a certes toujours été une terre de migrations mais les chiffres de ces dernières années ont néanmoins atteint des tristes records. Le nombre de demandeurs d’asile (en Europe en 2015) a augmenté de 70% par rapport à 2014 dépassant le million, dont un quart environ provient de Syrie. Des vies en quête d’un avenir meilleur. Pour le leur offrir, il est important que les décideurs et pouvoirs publics mettent en place des politiques d’intégration volontaristes à la hauteur du défi à relever.

 

Pour le Think Tank Sport et Citoyenneté, cette journée dédiée aux Réfugiés est l’occasion de rappeler le pouvoir du sport en tant qu’outil d’intégration et d’inclusion sociale. Le sport est un langage universel qui transcende les différences et les divisions et favorise le partage, la solidarité, multiculturalité, la tolérance et l’esprit d’équipe.

 

De nombreux projets sportifs originaux à dimension sociale voient d’ailleurs de plus en plus le jour dans l’UE. En Belgique par exemple, le petit club de football de Kraainem a pris l’initiative d’accueillir chaque semaine plusieurs dizaines de jeunes réfugiés syriens, afghans ou érythréens afin de leur permettre non seulement de taper le ballon mais aussi de suivre des cours de français et néerlandais. A Londres, l’association « Football for Unity » a prouvé les bienfaits du sport pour lutter contre la pauvreté et la radicalisation des jeunes. En permettant à plus de deux mille enfants de tous les milieux et de toutes les confessions de se rassembler pour pratiquer leur sport favori, l’association leur a permis de trouver un sens à leur vie et de s’ouvrir aux différences. Ces simples exemples montrent à quel point le sport peut avoir une influence positive considérable et qu’il est absolument nécessaire de multiplier ces initiatives partout sur le continent et dans le monde.

 

Sport et Citoyenneté profite d’ailleurs de cette Journée Mondiale des Réfugiés pour apporter son soutien à la toute première équipe olympique de réfugiés qui va concourir lors des prochains J.O. de Rio. Leur but sera de donner une résonance aux cris de désespoir des millions de personnes en exil et en ce sens, ils ont déjà gagné la médaille d’or.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Leave a Reply